Business plan: conseils d’investisseurs aux créateurs

Financial papers on the tableLe business plan est avant tout la base de votre relation avec les investisseurs. Votre idée aura beau être belle, votre business plan bien construit, s’il n’apporte pas des réponses tangibles aux investisseurs, ils n’iront pas plus loin avec vous.

Voici quelques conseils d’experts pour ne rien oublier :

 

1)      L’humain.

Un investisseur va d’abord vérifier que les compétences requises sont réunies pour mener à bien ce projet. Il faut donc que votre parcours soit en adéquation avec votre projet, mais pas que. Il faut montrer que vous avez TOUTES les compétences nécessaires pour rendre ce projet viable.

Cela va commencer par un travail d’introspection. Nous sous estimons souvent l’étendue de nos compétences. Il est temps de toutes les mettre en lumière.

Mais il est également important de s’entourer de collaborateurs aux compétences complémentaires.  Votre projet n’aura que plus de chances d’aboutir et votre banquier sera plus confiant sur ce point.

Il sera d’autant plus confiant s’il voit que vous vous faites accompagner dans la création et la mise en activité de votre entreprise

 

2)      Votre projet est en mesure de répondre à un besoin existant.

DEMONTREZ que ce besoin existe, que vous arrivez au bon moment pour y répondre, et montrez pourquoi vous êtes en mesure d’y répondre.

 

3)      Méfiez-vous de vos idées préconçues.

Vérifiez de votre business model fonctionne bien dans la réalité tel que vous le concevez, vous pourriez avoir quelques surprises. La cible n’est pas toujours celle que l’on croit au départ.

Vérifiez bien que le prix que vous proposez est en adéquation avec le marché, et génèrera assez de marge pour que vous puissiez assumer tous vos frais.

 

4)      Sachez reconnaître les barrières

Plus vite vous les identifierez, mieux vous pourrez les contourner, vous équiper ou vous entourer. Cela sera également utile pour estimer le temps dont vous aurez besoin pour lancer votre activité, puis être rentable. Ce temps-là est toujours sous-estimé. Or, c’est en création d’entreprise que l’adage « le temps c’est de l’argent » prend tout son sens. Sachez qu’il s’agit là de l’une des premières causes d’échec.

5)      Présentez des estimations précises, justifiables

Sachez expliquer la façon dont vous avez estimé votre CA. Sachez également estimer votre CA en démarrage. Enfin sachez qu’un banquier se méfie toujours des CA très optimistes et que dans tous les cas il enlèvera 10%.

Prenez soin de ne pas sous-évaluer vos besoins en trésorerie, il vaut mieux les sur-évaluer que le contraire. Pour cela, il conviendra de tenir compte de votre phase de démarrage, votre seuil de rentabilité ainsi que des délais de paiement de votre cible.

En phase de décollage, il conviendra de rester prudent. En période de forte croissance les risques de trésorerie augmentent. Tant que la situation ne sera pas stable, prévoyez de quoi augmenter vos moyens de production et répondre à vos besoins de trésorerie.

Je terminerai en disant : Beaucoup de porteurs de projet restent seuls de peur d’être jugés par les autres, ou de peur de se faire voler leur idée. Il est indispensable de s’exposer pour se lancer. Ayez confiance en votre projet et vous inspirerez confiance autour de vous. N’hésitez pas à parler de votre projet, à chercher des avis, à consulter et acceptez la critique. C’est la meilleure façon de présenter un business plan béton.

 

Julie Buil

 

Sources : Cyrille Benoit (Amperex), Thierry Polack (Amperex), Yoann Boulday (Finance Conseil)