Etude de marché: 4 règles essentielles pour rédiger son questionnaire

Pen and Notepads1)      Ayez des objectifs précis

Vous devez vous lancer dans une étude de marché, mais pour quoi faire ? Pour connaître le potentiel de votre projet ? Adapter votre projet à la demande ? Etablir des stratégies commerciales ? Rédiger un business plan ? Vous adresser aux investisseurs? …. Les objectifs possibles sont nombreux. Ils déterminent l’ensemble des informations dont vous aurez besoin et la façon de présenter votre rapport. Faites un point précis sur les informations qu’il vous faut rassembler. N’hésitez pas à aller voir des experts pour être sûr de ne rien oublier : experts comptables, professionnels en création d’entreprise, consultants, professionnels dans votre activité … Seul, il est très difficile de penser à tout.

2)      Mettez-vous à la place de votre interlocuteur

Votre questionnaire est-il clair ? Est-il neutre (vos répondants resteront ils objectifs en y répondant ?) ? Les questions proposent elles des options pour chaque situation possible ? Un interlocuteur ne doit pas avoir à choisir une réponse par défaut, ceci vous induirait en erreur. Testez votre questionnaire en face à face avec des personnes autour de vous, plus leurs profils seront différents, plus vous serez capable de détecter les risques d’erreurs liés à votre questionnaire (Sachez que les questionnaires sont testés même dans les plus grands instituts).

3)      Soyez réalistes

Sur certaines questions, il est important de bien mettre le répondant en situation. Si vous souhaitez mesurer une intention d’achat par exemple, il est important d’éviter toute réponse de politesse, toute projection trop vague « oui, si jamais j’étais dans cette situation, il est possible que cela m’intéresse ». Evitez donc les formules du type : « Achèteriez-vous le produit A ? », préférez-les formules permettant de plonger véritablement le répondant dans la situation d’achat, qui induit un engagement : le paiement et proposez des réponses précises. Entre 2 formulations, des estimations peuvent doubler. Les banquiers en sont très conscients et savent reconnaître les estimations farfelues (cf. Business plan : conseils d’investisseurs) Pour déterminer un CA potentiel, gardez en tête qu’il y a toujours un décalage entre ce qui est déclaré par les répondants et la réalité. Ainsi, ne retenez que les répondants les plus engagés et appliquez un coefficient par type d’engagement.

4)      N’oubliez pas que…

Le questionnaire est une chose, la sélection de vos répondants une autre. Elle mérite autant d’attention que la rédaction de votre questionnaire. Si vous n’êtes pas sur une cible de niche, fuyez les forums et réseaux sociaux. Ils sont loin de représenter tous les profils dont vous aurez besoin pour avoir des résultats réalistes (cf. 5 erreurs classiques) Le questionnaire n’est pas tout. Pour certains projets un questionnaire ne sera d’aucune utilité. Des entretiens plus qualitatifs sont parfois plus adaptés. Le tout est de savoir à qui l’on s’adresse, pour quel projet et de déterminer la stratégie la plus adaptée (Par exemple : Quelles études de marché pour un produit innovant ?).